Microsoft Build 2013 : ce qui nous attend durant les prochains mois

La Build 2013 a eu lieu à San Francisco du 26 au 28 juin. Le programme a été relativement chargé cette année, bien que nous sortions d’une année 2012 où – on nous l’a suffisamment répété – Microsoft a renouvelé TOUT son parc applicatif. Pour commencer, n’oubliez pas les prochains événements chez Cellenza et Microsoft sur le sujet ! Ensuite, nous voyons confirmé le fort raccourcissement des cycles de sortie de leurs produits. Finis, les big bangs.

Bienvenue aux Babysteps, prônés par les méthodes agiles que l’éditeur met fortement en avant depuis les dernières années. Pour les plus curieux, toutes les vidéos sont accessibles sur BuildWindows.com. Voyons voir dans les grandes lignes ce que nous a réservé cette série de conférences, de débats et de présentations.

Visual Studio 2013

Nous y reviendrons de façon bien plus détaillée dans de prochains articles sur la Build 2013, mais voici la synthèse des réjouissances :

  • Des couleurs ! L’interface austère au possible de VS2012 est légèrement retravaillée, et s’égaye un peu. Le template bleu de VS2010 est également de la partie, pour les nostalgiques.
  • Simplification de l’assistant de création des projets ASP.NET et diminution drastique du nombre de templates disponibles.
  • Amélioration de la gestion de CSS3
  • Un nouveau moteur de scaffolding : les raccourcis ultra-pratiques permettant d’accélérer le développement des vues et des contrôleurs d’ASP.NET MVC 4 ont été réorganisés, et sont maintenant disponibles pour WebForms et surtout ASP.NET Web API.
  • ASP.NET MVC 5 fait son apparition : les vues générées par défaut se modernisent, et embarquent nativement Twitter Bootstrap (il me semble pour ce dernier point, à confirmer).  Dernier point, la gestion de l’authentification, avec la prise en charge d’OAuth2 et du SSO dès l’assistant de création.
  • ASP.NET Web API 2 : utilisation du nouveau moteur de scaffolding, personnalisation du routage, OData supporte maitenant les méthodes $select, $batch, $expand et $value, gestion de requêtes POST en batch pour effectuer plusieurs actions avec une seule transaction réseau, amélioration de la testabilité via les mocks de la classe UriHelper, encapsulation des résultats des méthodes avec IHttpActionResult, support de Cross Origin Request Sharing (CORS), ajout des filtres d’authorisation pour forcer la pré-autorisation au niveau global, par contrôleur ou par méthode et enfin support complet d’OWIN.
  • SignalR 2 : support d’iOS et d’Android via Mono, un client Portable .NET unique remplaçant les clients .NET 4.5, Silverlight, WinRT et WP8, un package de self-hosting, intégration de la dépendance avec OWIN. Attention, quelques modifications seront nécessaires pour upgrader de SignalR vers SignalR 2 pour cause de rupture d’API.
  • Katana : c’est un nouvel ensemble de composants permettant de facilité le travail des intégrateurs et développeurs de middleware. Cela passe principalement par la mise à disposition de librairies d’authentification à Facebook, Google, Twitter, Active Directory, Azure Active Directory, Windows Accounts, l’authentification locale et OAuth2
  • Entity Framework 6 : cela mérite un article à part entière, car les ajouts sont très nombreux. Citons néanmoins la possibilité d’attaquer des Procédures Stockées avec Code First, le support des requêtes async, les conventions Code First personnalisables, le support de Service Locator pour l’IoC, les connexions résilientes, les traces et logs du SQL généré (enfin !), la customisation de la table Migrations. Et c’est déjà beaucoup. J’ai très hâte de jouer avec.
  • ASP.NET Web Optimization 1.1.0 : nouvelle version du framework permettant d’optimiser les perfs des applis ASP.NET.

Et c’est par ici pour tout tester ! Enfin, sachez qu’un template est déjà disponible sur Azure pour monter une VM avec VS2013 Preview. Pratique !

ALM et Team Foundation Server 2013

Nous y reviendrons également plus en détail plus tard, notamment lors de la <PostBuildEvent />, à laquelle je vous invite à vous inscrire. En attendant, les principales nouveautés sont :

  • La gestion des Portfolios Agiles : le but ici est de faciliter la consolidation des données et la gestion de multiples backlogs dans des environnements de taille conséquence, avec de nombres équipes et projets. De nouvelles notions sont donc introduites au-dessus de la Feature : les Initiatives et les Goals. L’idée ici est de fournir des données consolidées au Top Management pour gérer plus efficacement les projets en environnement complexe.
  • Le Contrôle de Version : intégration plus forte de Git, de la page d’accueil du Team Explorer, possibilité de sortir les Pending Changes dans une fenêtre à part, possibilité de commenter le code directement depuis Team Web Access
  • Affichage dynamique d’informations sur le code : références, tests unitaires et derniers changements d’une méthode par exemple. Voilà qui attise la curiosité, en espérant que l’overhead soit contenu ! De quoi rattraper une partie du retard sur les indicateurs de ReSharper ?
  • Tests : possibilité d’éditer des scénarios de test directement depuis Team Web Access et Visual Studio. De quoi remplacer Test Manager dans certains cas ?
  • Release Management : la solution InCycle InRelease a été acquise par MS et sera probablement bientôt totalement intégrée à TFS. Elle permet de gérer finement les plans de release, via l’organisation des builds, changesets et work items. A tester et surtout à surveiller pour voir son évolution dans le temps.
  • Collaboration : chaque équipe TFS se voit attribuée un espace collaboratif. C’est la Team Room. Cet espace a pour but de centraliser et archiver les interactions entre les membres de l’équipe : changesets, builds, revues de code, dialogues, etc. L’objectif est de faire de cet espace la page d’accueil des membres de l’équipe.

Pour tester TFS 2013, c’est également à cette page qu’il faudra vous rendre. Et la majorité de ces nouvelles fonctionnalités sont déjà accessibles sur Team Foundation Services.

Windows 8.1

Cette mise à jour gratuite comprend principalement des ajustements après la rupture majeure qu’est Windows 8 (et ce qui me permet d’allègrement contredire mon introduction…). Et ce, à peine 8 mois après son lancement. Au menu :

  • Personnalisation : Cette partie était attendue et beaucoup d’infos avaient déjà été diffusées. Les tuiles sont maintenant de taille plus variable, ce qui permet de gérer plus finement l’écran d’accueil et de gagner en productivité. Les couleurs sont également personnalisables. Il est enfin possible de démarrer directement par le bureau, sans passer par l’interface Modern UI. Un semi-aveu d’échec de la part de MS, mais cela devrait contribuer à accélérer l’adoption par les utilisateurs plus conservateurs.
  • Multitasking : la gestion rigide du plein écran et de la vue Snap s’assouplit, et nous permet de choisir la taille des encarts, et de gérer horizontalement jusqu’à 3 applications. Attention néanmoins au casse-tête pour les développeurs et ergonomes.
  • Amélioration de la prise en charge du couple clavier/souris dans l’interface Modern UI. J’attends personnellement ce point avec impatience, car j’ai totalement délaissé les applications Métro sur mon poste de travail, pour cause de prise en charge déplorable de la molette de la souris (à moins que vous n’aimiez le fait qu’un cran de molette scrolle jusqu’en bas de la page).
  • BYOD : le concept Bring Your Own Device commence à prendre une place importante dans la gestion du parc en entreprise. Des améliorations ont donc été apportées sur le plan de l’ergonomie et de la sécurité. Par exemple, une synchronisation façon Dropbox ou SkyDrive est désormais possible entre un device mobile et un répertoire sur le réseau de l’entreprise via la notion de Work Folder. La gestion de ces devices est également facilité dans System Center.
  • Mobilité : la gestion des VPN est étendue et facilitée. Un ajout intéressant concerne le tethering entre un device mobile et une machine sous Windows 8.1 autorisée, évitant de multiplier les actions concernant la gestion des droits. Le Windows Store est activé par défaut dans Windows To Go, permettant de créer très facilement des machines fonctionnelles et autonomes sur le réseau de l’entreprise.
  • Sécurité : comme à chaque nouvelle version de Windows, un lot d’améliorations de la gestion de la sécurité vient compléter l’existant. Données biométriques, cryptage, possibilité pour l’entreprise de supprimer automatiquement les documents appartenant à l’entreprise, mise à jour de Windows Defender…

Pour tester cette version, vous pouvez vous rendre ici, pour une installation en local (une VM sera à privilégier, évidemment).

Conclusion sur cette Build 2013

Cette Build 2013 aura donc été très dense : VS2013, TFS2013, Windows 8.1. Et nous pouvons nous attendre à ce que ce soit le cas les prochaines années également, les cycles de livraison des produits MS se raccourcissant fortement. La sortie officielle des nouvelles versions est programmée pour le dernier trimestre. Nous allons tester chacun d’entre eux, et une série d’articles suivant celui-ci sera publié ici-même. Rendez-vous ici très vite !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *