La série d’articles consacrée à mon retour d’expérience sur la conférence BDX I/O 2019 prend aujourd’hui fin avec ce dernier article. Si ce n’est pas déjà fait, je vous invite à retrouver mon premier article “Equiper sa voie” et mon deuxième article “Des microservices au migroservices”.

Pour le dernier article de ma série, j’ai décidé de vous présenter ce que j’ai appris sur le design de persuasion, au travers de la session d’Estelle Landry.

 

Le design de persuasion : de la séduction à l’engagement (@estelandry)

Cette session a été la première de la conférence. Au premier abord, j’ai trouvé assez curieux le fait d’ouvrir une conférence dédiée au développement par une présentation sur l’UX design… Cette première session m’a finalement fait prendre conscience à quel point je sous-estimais l’importance des problématiques UX (pour User Experience), et cela malgré les différentes expériences que j’ai pu avoir sur des produits Web (grand public ou non).

En tant que Product Owner et UX designer, Estelle nous explique que l’UX est une discipline souvent réduite, à tord, au graphisme ou à la réalisation d’interface. Derrière cette thématique se cache de nombreux aspects complexes qui ne s’improvisent que très peu.

Comme, je pense, beaucoup de développeurs, je n’étais absolument pas sensible aux problématiques de design produit en début de carrière. Avec du recul, je trouve cela presque abberant car j’ai souvent dû faire des choix concernant l’interaction entre les utilisateurs et le produit développé.

Notre manque d’expertise sur les sujets liés à l’expérience utilisateur n’est effectivement pas un problème en soit. Chacun à son expertise et son métier ! En revanche, le fond du problème se trouve plutôt dans le manque de gestion UX dans encore beaucoup trop de projet. En tant que développeur, cela ne doit plus être de notre responsabilité.

C’est donc à partir de cette réalité, qu’Estelle donne une importance particulière aux problématiques d’engagement utilisateur au travers d’une pratique appelé le design de persuasion (ou Persuasive Design pour les anglophones).

Cette pratique est un super exemple de ce qu’il peut se passer lorsque l’informatique se mélange à d’autres disciplines, ici il s’agit de la psychologie des mécanismes d’engagement. 

Voici les 3 étapes qu’ Estelle nous conseille de suivre pour appliquer cette méthode :

  1. Être séduit
  2. Tomber amoureux
  3. S’engager

Chaque étape sert de contexte pour poser les principes et techniques du design de persuasion.

Au travers d’un exemple, elle nous explique comment, pourquoi et quels effets cela génèrent de passer de ce formulaire :

 

A celui ci :

 

Je vous invite très fortement à regarder l’intégralité de sa session sur youtube pour comprendre la méthode du Design de persuasion. L’exemple du formulaire de Barack Obama lors des présidentielles Américaine en 2012, m’a personnellement beaucoup impressionné.

Avant cette session, suivre les recommandations graphiques via Bootstrap & co, imiter les interactions utilisateurs qu’ont mis en place Facebook & Netflix, me semblait être suffisant… Après cette session, je suis persuadé de la nécessité de travailler avec des experts UX et UI, surtout pour les produits à usages externes. C’est en tout cas ce que je m’efforcerai de faire dans les prochains projets sur lesquels je serais missionné.

 

“Tl ; Dr”

J’espère qu’au travers de chaque article de ma série, j’aurais réussi à vous donner envie de participer à l’édition 2020 de cette conférence mais surtout à créer un intérêt sur les sujets en question.

Bref, BDX I/O 2019, une organisation au top, de la variété sur les sujets sans perdre de vue le public visé. Si je n’ai rien à mettre en production, c’est sûre que j’irai encore l’an prochain ! On se donne rendez-vous : restez connecté pour l’ouverture de la billetterie BDX I/O 2020 !

Vous pouvez dès à présent retrouver toutes les vidéos des sessions de cette conférence sur youtube.