Accueil > Préparer le futur de la connectivité
Laurent Yin

Préparer le futur de la connectivité

Préparer le futur de la connectivité

Début 2022, les experts Cellenza ont publié la Tech’Vision, un document de référence présentant les tendances technologiques et sectorielles à suivre au cours des 5 prochaines années. Parmi ces tendances, la connectivité tient une place prépondérante.

 

Entre l’Edge Computing et les technologies 5G/6G, la notion d’intégration est primordiale. Il est temps d’imaginer une connectivité globale de fonctionnalités pour répondre à des situations plus qu’à des besoins.

Nous entrons dans le monde des objets connectés, et non l’inverse. Les entreprises doivent absolument se préparer à ce bouleversement, s’adapter, intégrer plus de cas d’usage dépassant l’industrie et la domotique pour s’élargir à des horizons plus vastes. La notion d’intégration est primordiale et il faut imaginer une connectivité globale des fonctionnalités pour innover. Le but premier est de rester compétitif et de répondre à la demande accrue des clients. Les avancées technologiques y contribuent fortement, principalement avec des solutions offrant davantage de mobilité. L’Edge Computing, le déploiement de la 5G et les chantiers sur la 6G activent de nouveaux scénarios en rendant plus d’espaces connectés, portés par des progrès sur la bande passante et les capacités de calcul.

 

 

6G : les défis de demain

Face à la bascule vers un monde numérique prépondérant, il est nécessaire de se préparer davantage. Pour cette raison, les pays – la Chine et les Etats-Unis en tête – mènent la danse dans la course à la 6G. Les investissements dans ce domaine se multiplient, pour construire le squelette capable de soutenir les innovations technologiques du futur. On prévoit déjà l’arrivée de la 6G vers 2030, compte tenu des financements et des projets de recherche et développement lancés. La Chine porte déjà la majorité des brevets autour de cette technologie, avec plus de 40% des demandes de brevets, et compte jouer le rôle principal dans les décennies à venir.

 

Demande de brevets 6G répartition

 

Si l’on s’interroge sur la nécessité d’avoir toujours plus de débit compte tenu de notre usage présent, c’est qu’on est bien face à la problématique actuelle : on discerne mal les cas d’usage nouveaux qui vont bouleverser les habitudes. Les investissements structurels dans la 6G reflètent l’intensité de la transformation qui nous attend dans les années à venir et pourrait nous prendre de court. Ces capacités de débit renforcent le traitement des vidéos, des sons, et plus globalement de tout signal qu’il est possible de capter dans notre environnement. Cela alimentera les algorithmes, plus adaptés et plus performants, afin de nourrir la satisfaction d’utilisateurs toujours plus nombreux, et de surcroît, marquer la différence entre les entreprises qui captent de la donnée et proposent des services modernes et celles qui ne le font pas.

Les géants du numérique l’ont déjà compris. Que ce soit les GAFAM américains ou les entreprises chinoises comme Alibaba ou Tencent, l’écosystème des services doit être mis à contribution, pour alimenter les cas d’usage où le futur se présente d’ores et déjà comme un monde ultra connecté. L’opportunité est de s’assurer une omniprésence à la fois réelle et virtuelle. Les utilisateurs raffolent des expériences omnicanales, avec des services qui s’emboîtent de façon native et intuitive, sans effort, quel que soit l’appareil qu’ils vont utiliser.

De plus, des générations qui n’ont vécu que dans la technologie, et sont amenées à rejoindre le monde professionnel, seront à même de bouleverser le marché. La clé est dans la maîtrise de son environnement : moins de latence, plus de réactivité et la cohabitation avec le monde virtuel sont les éléments qui vont conduire les choix des consommateurs. A ce titre, il est clair que la notion d’intégration va se renforcer. Il ne s’agit pas d’opposer le Cloud Computing à l’Edge Computing, mais de les faire cohabiter pour préserver l’expérience numérique, quelles qu’en soient les conditions. De même, dans la conception du « jumeau numérique » (ou Digital Twin), le monde virtuel ne se dissocie plus du monde réel, mais ce sont des interactions fortes qui donnent la possibilité aux utilisateurs de s’exprimer davantage.

Dans cette transformation, une entreprise ne peut être en mesure de couvrir toutes les spécificités qui caractérisent son environnement. L’intégration des technologies de connectivité et des partenaires externes rend possible l’enrichissement des expériences.

 

Une notion d’intégration rendue possible par les innovations 5G, 6G, Edge Computing

 

La notion d’intégration se renforce grâce à l’explosion du nombre de systèmes intervenant dans une expérience utilisateur. Pour prodiguer le meilleur rendu possible, il faut disposer des informations d’un environnement très local, tout comme des informations à grande échelle. Par environnement local, on peut imaginer des espaces très fermés, tel qu’un entrepôt de stockage sans lien avec l’extérieur, mais où il serait nécessaire de recenser tous les produits et les sécuriser en les isolant. Côté grande échelle, on imagine bien les connaissances qui ont pu être capitalisées par l’analyse de données historiques, travaillés par des algorithmes performants de Machine Learning.

Ainsi, l’humain va toujours tenter de traiter ce qu’il perçoit localement avec les connaissances du passé pour se prendre les bonnes décisions impactant le futur. Cette intégration est rendue possible grâce à la technologie : il s’agit en fait de combiner l’Edge Computing (données / capacités de calcul localisées en bout de chaîne) avec le Cloud Computing (capacité de calcul sans limite pour améliorer les algorithmes et centralisation des requêtes). De nouvelles configurations sont aussi rendues possibles avec l’Edge Computing, en positionnant des capacités de calcul au niveau des antennes 5G. On élimine ainsi des kilomètres de latence pour développer des cas d’usage qui nécessitent des réponses immédiates. Les informations transitent en temps réel et assurent une meilleure qualité de service.

D’autre part, l’arrivée de la 5G est l’occasion pour les entreprises et les administrations de reconsidérer la couverture réseau. Tout comme l’eau et l’électricité, la connectivité Internet est devenue une ressource nécessaire pour le développement des activités. La crise sanitaire a également renforcé le travail à distance, et l’activation de zones reculées est rendue possible grâce au réseau mobile. Par exemple, aux Etats-Unis, la couverture des zones rurales a progressé de 24,5% à 33% en l’espace de quelques mois.

Ces avancées favorisent l’essor des objets connectés, d’autant plus qu’ils disposent d’une autonomie accrue. Celle-ci repose sur des technologies permettant une basse consommation et des composants offrant aux batteries une durée de vie plus longue. Les échanges avec les passerelles sont facilités par les dernières avancées comme le Bluetooth Low Energy (BLE) ou le ZigBee Green Power. Auparavant, les objets connectés tels que les capteurs de température étaient ajoutés a posteriori dans les environnements (ex : bâtiments). Ils sont désormais intégrés directement à la structure et font partie du système. Le volume de données connectées continuera alors à croître, dans le but de s’intégrer et de proposer de nouveaux services, qu’il faudra proposer nativement.

Il est à noter que la 5G enregistre une progression soutenue du niveau d’adoption malgré les préoccupations engendrées par le Covid, là où les autres sujets technologiques ont été mis en pause à cause de la crise sanitaire. L’adoption de la 5G par les entreprises est passée de 38 à 44% entre 2020 et 2022, et il est évident qu’il y a de la place pour créer de nouveaux usages.

 

 

Tech Vision Cellenza 2022 telecharger

 

5G, 6G, Edge Computing : cas d’usage découlant de ces innovations

 

Les espaces connectés se multiplient avec l’essor de l’IoT. On y projette de nouveaux concepts d’urbanisation, avec des smart cities pouvant ouvrir de nouvelles dimensions. On peut par exemple profiter de la technologie pour fluidifier le trafic, avec des capteurs intelligents ou des systèmes de comptage du nombre de passagers qui sont d’autant d’informations exploitables pour améliorer le confort des habitants. Les données IoT combinées avec d’autres facteurs comme la météo ou le calendrier des événements ayant lieu dans une ville, sont mises à contribution pour optimiser les temps de trajet des usagers.

L’augmentation du nombre de véhicules connectés suit cette logique, en apportant plus de sécurité et de régulation par une meilleure gestion du trafic. Les voitures peuvent communiquer entre elles ainsi qu’avec les infrastructures routières. Cette synchronisation peut être approfondie pour éviter tout éclairage inutile ou redondant de la route pendant la nuit. Ces innovations permettent alors d’optimiser la gestion de l’énergie dans les villes.

Les technologies mobiles permettent également d’enrichir les services quotidiens. La téléconsultation offre de la flexibilité aux personnes qui ont des contraintes pour se déplacer ou qui résident dans des zones rurales sans accès aux cliniques. De la même façon, les cours en ligne permettent aux enseignants d’atteindre une plus large population. Les catalogues de services s’étoffent au fur et à mesure, et on peut facilement imaginer des cas d’usage où la téléconsultation se réfère à d’autres prestations disponibles en ligne. Par exemple, un nutritionniste pourrait suggérer des cours de cuisine en ligne et des ingrédients à favoriser dans une cuisine connectée.

Dans le secteur de la distribution, on observe d’ores et déjà des bouleversements avec l’apparition de nouveaux acteurs comme Amazon. Par le biais d’Amazon Fresh, le géant américain propose des supermarchés hautement connectés, où les clients manipulent un caddie détectant automatiquement les articles du panier. Le règlement se fait sans passage en caisse, ce qui représente un gain de temps considérable. On peut très vite concevoir que certains consommateurs auront des difficultés à se passer de ce type de service, disponible uniquement dans le monde connecté qu’est celui de demain. Les points de vente sont amenés à se transformer totalement. C’est d’ailleurs le cas dans certains pays d’Asie, où l’accent est mis sur la traçabilité des produits ou le partage de revues consultables directement en magasin.

Aux problématiques opérationnelles s’adjoignent des thématiques plus sociétales comme l’écologie, qui est au cœur des préoccupations. Les objets connectés peuvent être mis au service de la préservation de l’environnement. L’observation de la nature et des impacts humains est facilitée par les innovations sur l’IoT et les réseaux mobiles, avec un déploiement à grande échelle. La qualité de l’air et le traitement des eaux seront renforcés par ces avancées technologiques. L’agriculture responsable peut tirer profit des objets connectés et du déploiement à grande échelle de la 5G et de la 6G pour répondre à des consommateurs plus soucieux de l’environnement.

Dans la création de ces cas d’usage, valoriser la situation dans une expérience est au cœur des ambitions. Au-delà de répondre à un besoin par un produit ou un service, il faut répondre à la situation en intégrant les technologies. Le champ des possibilités s’élargit lorsqu’en plus d’identifier le besoin présent, on enrichit la réponse avec les événements passés et les intentions futures.

 

La connectivité et l’intégration sont bien les clés des futures opportunités technologiques.

 

 

Tech Vision Cellenza 2022 telecharger

 

Nos autres articles
Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Restez au courant des dernières actualités !
Le meilleur de l’actualité sur le Cloud, le DevOps, l’IT directement dans votre boîte mail.